samedi 27 octobre 2007

LES ENERGIES RENOUVELABLES EN EUROPE

Dans un livre vert, la Commission européenne dénonce le faible développement des énergies renouvelables en Europe et prêche pour un doublement de leur part de marché d’ici 2010. Comment donner un coup de fouet à ce marché ? La commission préconise :L’amélioration de la coopération entre les états membres (mises en oeuvre de politiques solides au niveau national et mécanisme de coordination des efforts au niveau communautaire) ;Des programmes gouvernementaux centrés sur la commercialisation des technologies des ER ;L’accroissement de la recherche & développement, débouchant sur une réduction des coûts de 20 % ;L’intégration des coûts externes des cycles des combustibles conventionnels.Par ailleurs, il existe de fortes disparités entre les parts d’énergies renouvelables dans les consommations primaires des différents états membres. L’Autriche et la Suède, rejoints par le Danemark, les Pays-Bas et l'Allemagne emportent largement le trophée des pays les plus favorables aux énergies renouvelables.LE PROGRAMME NATIONAL D'AMELIORATION DE L'EFFICACITE ENERGETIQUE (PNAEE)Ce programme a été présenté par Dominique Voynet, alors Ministre de l'environnement, en Décembre 2000. Ce rapport est inspiré par le rapport Cochet-Hascoët, lequel reprend beaucoup de propositions du CLER (Comité de Liaison des Energies Renouvelables). Il n'est pas possible de présenter ici l'ensemble du dispositif gouvernemental; voici les principales dispositions. - Développement de l'information des français avec notamment la création de 500 postes de conseillers de proximité. - Fonds spécial d'investissement (FIDEM) destiné à aider les PME qui travaillent dans les domaines de l'efficacité énergétique. - Nouvelle Réglementation Thermique ("RT 2000") destinée à diminuer les consommations de 5 % dans le résidentiel et 25 % dans le tertiaire. - Accroissement des moyens financiers de l'ADEME qui va recruter une centaine de personnes et bénéficiera de crédits d'intervention beaucoup plus importants. - Transports : développement du fret ferroviaire et mise en place d'un crédit d'impôt (1525 €) pour l'achat de véhicules propres (GPL ou GNV) - Achat de l'électricité éolienne à 0,08 € / kWh : ce tarif est constant pendant 5 ans et un calcul d'adaptation est effectué après cette phase d'observation pour les dix années suivantes. - Tarifs préférentiels pour le petit hydroélectrique et l'énergie produite par l'incinération des ordures ménagères. Au total, l'apport de l'Etat s'élève à 230 millions d'euros, sans compter les crédits d'impôt. Compte-tenu des co-financements attendus et de l'effet de levier, on peut chiffrer à 2,3 milliards d'euros les investissements qui seront réalisés dans le domaine des économies d'énergie et des énergies renouvelables

Aucun commentaire: