samedi 19 mai 2007

Le bois-énergie

Le bois a longtemps été la seule source d'énergie à la disposition des hommes pour leurs besoins domestiques et industriels. Cette prédominance a fini par se traduire par une surexploitation des bois et des forêts dans le courant du XVIIIème siècle.Sur cette page : Les atouts du bois-énergie Les chiffres du bois-énergie Le bois-énergie et la Bretagne Le programme Bois-Energie en Bretagne Les réalisations en Bretagne dans le cadre du plan bois énergie Le bois-énergie et l'habitat Les TTCR Avec la découverte du charbon, du pétrole et du gaz naturel, le bois a progressivement été relégué a une fonction de chauffage, en milieu rural.En France, la production de bois-énergie reste néanmoins importante. Elle est en effet estimée à 4-5 % de la consommation énergétique totale et 33 % de la production des énergies renouvelables, derrière l'hydraulique.50 % des particuliers en France utilisent le bois pour se chauffer.LES ATOUTS DU BOIS-ENERGIELes émissions de CO2 sont neutres vis à vis de l'effet de serre si l'on tient compte du carbone réutilisé par la croissance des arbres sur les surfaces replantées.(source : plan bois énergie Bretagne)L''utilisation de 4 m3 de bois énergie permet d'économiser 1 tonne de pétrole (tep), et d'éviter en moyenne l'émission de 2,5 t de CO2 dans l'atmosphère. Parmi les déchets industriels banals (DIB), des quantités importantes de bois de rebut non souillés (écorces, chutes de fabrication, palettes, cageots, certains bois de construction et de démolition..) autrefois brûlées sur place, en usine d'incinération ou mis en décharge, doivent être soit recyclées, soit valorisées autrement, conformément à la nouvelle réglementation française sur les déchets.A titre indicatif, 60 millions de palettes sont produites chaque année en France.La réalisation d'une pièce de bois d'œuvre entraîne 60 à 80 % de déchets par rapport au morceau de bois brut initial.Dans les contrats d'achat de plaquettes, il y a obligation d'avoir 25 % de sous produits forestiers dans les mélanges de connexes.L'exploitation de la filière bois-énergie permet aussi d'améliorer la gestion du patrimoine forestier et de stimuler l'économie et l'emploi local.Emplois directs pour 1000 tep produites ou distribuées(source : Biomasse Normandie) LES CHIFFRES DU BOIS-ENERGIEEn France, la consommation totale de bois-énergie est évaluée à 9.5 Mtep, dont : 8 Mtep dans l'habitat individuel : le bois est l'énergie de base pour 2,8 millions de ménages occupant une maison individuelle, tandis qu'une maison sur quatre utilise le bois-énergie comme appoint ; 0,1 Mtep dans le collectif et tertiaire (300 chaufferies bois à alimentation automatique de plus de 200 kW) ; 1,1 Mtep en auto-consommation dans les industries du bois (1 millier de chaufferies) ; 0,27 Mtep dans l'incinération de déchets ménagers. Le potentiel supplémentaire en gisement forestier représente 2 à 3 Mtep.LE BOIS-ENERGIE ET LA BRETAGNEEn Bretagne, la forêt ne couvre que 10 % du territoire mais se caractérise par un important effort de reboisement depuis la fin de la 2nde guerre mondiale (environ 70000 hectares dont 50000 au cours des 25 dernières années) et par l'arrivée en production (premières éclaircies) de ces jeunes peuplements.Par ailleurs, à la forêt proprement dite s'ajoutent les petits bosquets, haies et plantations d'alignements qui constituent des éléments essentiels du bocage breton.La ressource forestière est donc en augmentation et son exploitation est une nécessité, non seulement pour produire du bois d'œuvre mais également pour améliorer la qualité et l'état sanitaire des peuplements. Or, la récolte de bois en Bretagne (toutes catégories confondues) demeure chaque année inférieure à l'accroissement ligneux annuel et il n'y a pas, dans ces conditions, de risque de surexploitation. C'est pourquoi la filière bois-énergie s'intègre dans une logique d'exploitation et de valorisation de la ressource globale. La Bretagne est enfin une région où l'industrie de la transformation du bois est dynamique. Celle-ci importe des quantités importantes de bois qui sont à ajouter aux bois récoltés localement.LE PROGRAMME BOIS-ENERGIE EN BRETAGNELa réalisation d'un premier programme bois-énergie (1995-1999) a développé de façon significative la filière bois-énergie en Bretagne. Dès 1999, la relance de la politique de maîtrise de l'énergie a permis de négocier un nouveau programme plus ambitieux pour la période 2000-2006. En effet, l'objectif est fixé à 20 MW sur 7 ans, soit 700kW par an et par département. Cela revient à doubler la puissance bois-énergie installée aujourd'hui dans l'habitat collectif et le tertiaire en Bretagne.Ce nouveau programme, tout comme le précédent, concerne exclusivement les connexes, sous-produits forestiers, déchets de bois, et la réalisation de chaufferies bois à usage collectif ou industriel. Le programme bois-énergie apporte un réel soutien au développement des chaudières bois à alimentation automatique. Cette technique s'adresse particulièrement aux agriculteurs organisés en Cuma, qui peuvent se partager un broyeur. Ces agriculteurs sont à la fois producteurs et consommateurs (exemple dans la région de Carhaix : un broyeur a été acheté pour environ 15 agriculteurs). Deux objectifs principaux ont été retenus et doivent être atteints à l'échéance finale du programme : structurer et organiser l'offre en bois-énergie (cf. carte des plates-formes de conditionnement et de stockage de bois énergie), réaliser des chaufferies bois à alimentation automatique (cf. carte des chaufferies bois). LES REALISATIONS EN BRETAGNE DANS LE CADRE DU PLAN BOIS-ENERGIEDepuis le début du programme, des chaufferies bois de différentes puissances ont été réalisées dans plusieurs types de bâtiments :En Ille-et-Vilaine - Industrie du bois : une scierie à Saint-Sauveur des Landes - 1 100 kW- Corps de ferme du Conseil Général (espaces naturels sensibles) à la ferme du Careil à Iffendic - 30 kWDans les Côtes d’ArmorIndustrie de l’agro-alimentaire : une entreprise de fabrication d’aliments pour animaux de compagnie à St-Hervé - 250 kW Bâtiments communaux (mairie, Trésor public et centre d’initiation à la rivière) à Belle Isle en terre - 300 kWEcole à Plounevez Moëdec - 160 kWLogements sociaux de Trébrivan - 150 kW LE BOIS-ENERGIE ET L'HABITAT Le tableau ci-dessous donne une récapitulation des différents systèmes de chauffage au bois pour l'habitat. Les différences entre les rendements illustrent celles entre les qualités de combustion des appareils : plus le rendement est élevé, meilleure est la combustion et évidemment, moins l'air sera pollué.Appareil Cheminée Récupérateurde chaleur Foyerfermé/insert Poële Cuisinière Chaudièreclassique Chaudièreà flammeinversée Possibilitéde chauffage 1 pièce 1 ou 2 pièces plusieurs pièces plusieurs pièces habitation habitation habitation Caractéristiques Chauffage d'agrément Peu performant (pertes par les fumées et mauvaise combustion) Améliore le rendement d'une cheminée en insérant un échangeur à air ou à eauReste peu performant Combustion mieux maîtrisée que dans un foyer ouvertMeilleure récupération de la chaleur Chaleur transmise par rayonnement principalementChaleur importante dans la pièce Possibilité de cuisson des alimentsChaleur importante dans la pièce Installée en chaufferieCombustion mal maîtriséeSouplesse d'emploi Installée en chaufferieCombustion bien maîtrisée grâce au ventilateurDes aides économiques à l'installation existent, comme le crédit d'impôt pour les logements neufs ou la TVA à 5,5 % pour la fourniture et la pose des appareils dans les logements de plus de 2 ans (Lois de Finances 2001 et 2000). Les chaudières bois peuvent être alimentées par des bûches ou par des plaquettes.Un système de vis sans fin peut assurer une alimentation automatique en plaquettes de la chaudière.Au niveau de l'habitat individuel, il n'y a pas d'actions spécifiques quant à l'acquisition d'équipements de chaudière à alimentation automatique. En effet, dans une maison individuelle, le stockage est réduit. Les livraisons sont donc forcément nombreuses et augmentent considérablement le prix. Cette technique s'adresse plus à un public d'agriculteurs. Flamme VerteAvec le concours de l'ADEME et du GIFAM, les principaux constructeurs d'appareils de chauffage domestique au bois ont signé en début d'année 2001 la charte qualité "Flamme Verte". L'objectif de cette charte est de promouvoir la mise sur le marché d'appareils de chauffage domestique au bois modernes et plus performants sur le plan énergétique et environnemental.La charte s'applique aux inserts, foyers fermés et poêles mixtes ou transformables fonctionnant au bois, à l'exclusion des cheminées d'agrément. Elle permet : - une économie d'énergie en imposant un rendement énergétique minimum de 60 % - la réduction des émissions de gaz à effet de serre (seuil maximum d'émission de gaz polluants : 1 % du volume des fumées).Cette charte participe ainsi à la protection de notre environnement. LE PROGRAMME DE PLANTATION DE TAILLIS A TRES COURTE ROTATION DE SAULE EN BRETAGNE Le TTCR (Taillis à Très Courte Rotation) de saule est une culture pérenne destinée à la production de bois-énergie. Il se récolte tous les deux trois ans, sur une période de 20-25 ans. Cette culture est très développée en Suède où elle occupe près de 20 000 hectares à des fins énergétiques.C'est aussi un filtre végétal a priori intéressant pour la protection des zones de captage d'eau, pour l'épuration des eaux usées prétraitées, pour l'épandage de boues. En Bretagne, où la reconquête de la qualité de l'eau est une priorité, le TTCR de saule pourrait avoir une carte à jouer, c'est pourquoi l'association AILE a réalisé, de 1998 à 2002 des expérimentations.

Aucun commentaire: